L’évolution des inégalités en France

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)

Des inégalités qui se creusent, un accès aux soins qui baisse, et un montant minimal de 1 500 euros mensuels pour vivre : ce sont les principales conclusions sur le ressenti des Français issues du baromètre annuel de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Neuf Français sur dix estiment que les inégalités sociales ont augmenté ces cinq dernières années, contre sept sur dix en 2000. Les inégalités de revenus sont les plus répandues, selon 42% des personnes sondées. Les plus inacceptables à leurs yeux sont celles qui concernent l’accès aux soins (22%), devant les revenus (19%) et le logement (16%).

Une large majorité (64%) juge normal que la France consacre un tiers du revenu national au financement de la protection sociale. Mais 60% des sondés pensent que les entreprises ne doivent cotiser «ni plus ni moins qu’actuellement». Ils ne sont plus que 32% à penser qu’elles devraient cotiser davantage pour la protection sociale (45% en 2010) en France.

Si 68% des Français s’estiment satisfaits de la qualité des soins à l’hôpital, une part croissante pense que celle-ci s’est détériorée. Par ailleurs, pour six personnes sur dix, elle diffère selon les revenus et le lieu d’habitation. La satisfaction quant à l’accès aux soins des médecins et des dentistes a chuté de 10 points entre 2007 et 2013 (82% à 68% pour les médecins, 81% à 70% pour les dentistes).

Les Français considèrent qu’une personne seule a besoin de 1 490 euros par mois au minimum pour vivre. Un montant supérieur de 75 euros par rapport à 2008, inflation déduite. Il varie en fonction des revenus, les cadres et professions libérales citant 1 560 euros, les ménages les moins riches 1 410 euros. Les Parisiens citent un revenu supérieur (1 620 euros), ceux des communes de moins de 20 000 habitants un montant inférieur (1 430 euros). Selon l’Insee, le niveau de vie médian après impôts s’élevait en 2011 à 1 630 euros par mois.

Sondage réalisé par l’institut BVA du 14 octobre au 26 novembre auprès d’un échantillon représentatif de 4 000 personnes âgées de 18 ans ou plus.

Source : Libération.fr

Leave a comment

*