août 21, 2012

L’indice du bonheur : un outil économique pertinent ?

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)

Le très sérieux Office national des statistiques (Office for National Statistics, l’équivalent britannique de l’INSEE) vient de publier une étude qui révèle que les Anglais évaluent leur niveau de bonheur, en moyenne, à 7,4 sur une échelle de 10.

Auparavant, seul le critère économique semblait pertinent pour mesurer le taux de développement d’un pays, au point que le progrès a trop rapidement été assimilé à la croissance.

Face à ce « tout économique », il est apparu qu’il était possible, et même souhaitable, d’intégrer d’urgence et au premier chef, la notion de développement humain. Mais comment mesurer ce qui est certainement l’un des sentiments les plus subjectifs qui soient ?

Le Bhoutan, petit pays asiatique de moins d’un million d’habitants, a ainsi développé depuis 1972 la notion de Bonheur National Brut, qui est un indice compilant 72 indicateurs objectifs du bonheur, comme l’accès aux structures de soins ou à l’eau potable. Ce BNB est inscrit dans la constitution bhoutanaise et sert de principe directeur à l’ensemble de l’action politique. Autrement dit, les autorités publiques sont liées par l’obligation de contribuer au bien-être de leurs citoyens.

D’autres tentatives de définition du niveau de vie d’une nation coexistent comme l’Indice de développement humain (IDH), l’Indice de bonheur mondial (IBM), le Produit Intérieur Doux, le Bonheur Intérieur Net ou la Dépense intérieure dure…

http://www.atlantico.fr/decryptage/indice-bonheur-outil-economique-moins-aberrant-parait-yamouna-david-431216.html

Leave a comment

*